Butchcook

Butchcook

UTV 2013 : Une bonne entrée en matière

dossardutv.jpg

 

Cette fois, ça y est, j’ai officiellement franchi le cap de ma reconversion sportive. Pour des raisons pratiques, j’ai été obligé de passer du football à la course à pied. Un choix qui s’est imposé à moi comme une évidence et six mois plus tard, me voilà déjà sur l’ultratrail du Vercors. Certes, je n’ai fait qu’un relais de 19 Km, ce qui au final n’est qu’un quart de la distance totale de la course, donc rien. Mais avec mon binôme, ces kilomètres, nous les avons vraiment avalés avec panache. Même si c’est anecdotique, nous avons quand même fait une impressionnante remonté au général. Il nous a fallu 2h24 temps officiel pour rallier Méaudre à Saint Nizier en passant par Autrans et Engins.

 

Un parcours exigeant, notamment la montée du « Pas de Bellecombe ».  Où, j’ai commencé l’ascension de cette difficulté en sous-évaluant la pente, mais aussi en surévaluant mon niveau. Résultat des courses, au sommet, j’étais au bord des crampes. Mon manque d’expérience et ma méconnaissance du terrain furent flagrants et c’est à ce moment-là que j’ai vraiment apprécié de courir un relais en binôme. Puisque je me suis calé dans la foulée de mon partenaire en reprenant mon souffle dans la descente sur Engin.

 

En tout cas, à l’avenir, j’essaierai de ne plus refaire ces erreurs. Surtout si je veux monter en distance. En course, ma gestion de l’effort n’est pas la même que lorsque je cours seul pour m’entraîner. Sur des parcours aussi exigeants, si on se met dans le rouge, après c’est vraiment difficile de récupérer parce qu’il y a finalement presque pas de plat, pour ne pas dire aucun. Pour moi le trail, c’est quand même un mélange permanent de fractionné et d’endurance. C’est une discipline qui n’a rien à voir avec de la course à pied sur route. Une montée sur route et une montée sur chemin de randonnée ne peuvent vraiment pas être abordées de la même manière.  

 

Ceci étant dit, j’en ai pris plein les mirettes. Nous sommes passés dans des endroits magnifiques. Une ambiance festive et conviviale avec des gens qui ne se prenaient pas la tête, ni au sérieux. Ce fut un régal et j’ai vraiment hâte d’en refaire.

 

Mais, surtout, j’espère que l’année prochaine, je pourrais faire cet ultratrail en duo. Le défi de me taper plus de 40 bornes avec plus de 2000 mètres de dénivelé, c’est un challenge qui me motive et m’excite déjà depuis un petit moment. 

 

En attendant, je vais essayer de faire encore un trail avant l’arrivée de l’hiver. Mais, je vais essayer de rester sage en choisissant une course qui propose un parcours similaire en distance et en dénivelé que le relais que j’ai pu courir à l’UTV. Pour le moment, je pense que je ne suis pas encore suffisamment près pour aller me frotter à du 30 bornes et plus … 

 



11/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres