Butchcook

Butchcook

Trail


Le col de Palaquit

Hier, la motivation étant au rendez-vous et le temps étant clément, je me suis dit que je ferais bien une petite folie sportive. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas aventuré dans la Chartreuse et le « Col de Porte » est un vieux rêve ou plutôt un vieux défi … Du coup, je me suis lancé dans une nouvelle tentative de le gravir et … Malheureusement, j’ai dû m’arrêter à 2,5 km du sommet … J’ai pris une photo, mais je ne sais pas si on verra suffisamment bien les panneaux pour les lires.  Le froid aura eu raison de moi, mais ce n’est que partie remise … Le printemps approche à grands pas et je n’ai pas dit mon dernier mot.

 

20140126_150411.jpg

 

Ceci étant dit mon footing d’hier fut loin d’être décevant ! Bien au contraire, puisqu’au passage, je me suis tapé le col de Palaquit.

 

palaquit.jpg

 

C’était une première pour moi … Une distance marathonienne que j’ai avalée en 4h44min … Les derniers kilomètres furent les plus longs de ma vie, mais aujourd’hui à part une bonne grosse fatigue, je n’ai pas trop de courbatures … Mais elles peuvent encore arriver …

 

carte maratrail.jpg

 

profil maratrail.pngCela donne le vertige ...


27/01/2014
0 Poster un commentaire

UTV 2013 : Une bonne entrée en matière

dossardutv.jpg

 

Cette fois, ça y est, j’ai officiellement franchi le cap de ma reconversion sportive. Pour des raisons pratiques, j’ai été obligé de passer du football à la course à pied. Un choix qui s’est imposé à moi comme une évidence et six mois plus tard, me voilà déjà sur l’ultratrail du Vercors. Certes, je n’ai fait qu’un relais de 19 Km, ce qui au final n’est qu’un quart de la distance totale de la course, donc rien. Mais avec mon binôme, ces kilomètres, nous les avons vraiment avalés avec panache. Même si c’est anecdotique, nous avons quand même fait une impressionnante remonté au général. Il nous a fallu 2h24 temps officiel pour rallier Méaudre à Saint Nizier en passant par Autrans et Engins.

 

Un parcours exigeant, notamment la montée du « Pas de Bellecombe ».  Où, j’ai commencé l’ascension de cette difficulté en sous-évaluant la pente, mais aussi en surévaluant mon niveau. Résultat des courses, au sommet, j’étais au bord des crampes. Mon manque d’expérience et ma méconnaissance du terrain furent flagrants et c’est à ce moment-là que j’ai vraiment apprécié de courir un relais en binôme. Puisque je me suis calé dans la foulée de mon partenaire en reprenant mon souffle dans la descente sur Engin.

 

En tout cas, à l’avenir, j’essaierai de ne plus refaire ces erreurs. Surtout si je veux monter en distance. En course, ma gestion de l’effort n’est pas la même que lorsque je cours seul pour m’entraîner. Sur des parcours aussi exigeants, si on se met dans le rouge, après c’est vraiment difficile de récupérer parce qu’il y a finalement presque pas de plat, pour ne pas dire aucun. Pour moi le trail, c’est quand même un mélange permanent de fractionné et d’endurance. C’est une discipline qui n’a rien à voir avec de la course à pied sur route. Une montée sur route et une montée sur chemin de randonnée ne peuvent vraiment pas être abordées de la même manière.  

 

Ceci étant dit, j’en ai pris plein les mirettes. Nous sommes passés dans des endroits magnifiques. Une ambiance festive et conviviale avec des gens qui ne se prenaient pas la tête, ni au sérieux. Ce fut un régal et j’ai vraiment hâte d’en refaire.

 

Mais, surtout, j’espère que l’année prochaine, je pourrais faire cet ultratrail en duo. Le défi de me taper plus de 40 bornes avec plus de 2000 mètres de dénivelé, c’est un challenge qui me motive et m’excite déjà depuis un petit moment. 

 

En attendant, je vais essayer de faire encore un trail avant l’arrivée de l’hiver. Mais, je vais essayer de rester sage en choisissant une course qui propose un parcours similaire en distance et en dénivelé que le relais que j’ai pu courir à l’UTV. Pour le moment, je pense que je ne suis pas encore suffisamment près pour aller me frotter à du 30 bornes et plus … 

 


11/09/2013
0 Poster un commentaire

Ultra Trail du Vercors 2013

 

Et bien voilà, après quelques mois d’entraînement intensif dans cette discipline qui est nouvelle pour moi. J’ai  le plaisir de vous annoncer que je suis officiellement embarqué dans cette aventure de fou. Le 7 septembre prochain, je serais au départ de cette épreuve avec 7 collègues du travail. C’est en équipe de quatre que nous allons affronter les sommets du Vercors.

 

Je vous laisse contempler le profil de la course … Il est juste vertigineux … Et dire que certains arrive à la faire en solo … Cela me semble dingue, mais peut-être qu’un jour j’aurai le niveau pour me taper 86 bornes et plus de 4000 mètres de dénivelé en une seule journée. Qui sait ?! Faut bien se fixer des objectifs !

 

 

Nightmare Runner 1 est le nom de mon équipe et je vais donc prendre le troisième relais. En espérant que les températures ne soient pas caniculaires. Sinon, ce sera juste dantesque. Je commence à Méaudre pour finir à Saint Nizier en passant par Autrans et Engins. Pour être exact, c’est un relais de 18,6 km avec un dénivelé de 1300 mètres. Ce qui veut dire qu’il y aura de la pente à avaler. Et ce n’est pas pour me déplaire.

 

En attendant, je vous laisse avec une petite vidéo qui vous présente l’épreuve. Et je vous laisse le lien du site officiel pour un complément d’informations et de photos.

 

 

 Site officiel


25/06/2013
0 Poster un commentaire

Les petites curiosités du Vercors (partie I)

Aujourd’hui, en cette veille de week-end, je ne vais pas écrire un article sur la cuisine, mais sur le trail. Ces dernières semaines, le temps a été un peu plus clément et du coup, j’ai pu aller me promener en courant dans le massif du Vercors. J’ai arpenté les pentes de l’ancienne voie du tramway qui reliait jadis Villard de Lans à Fontaine. Sauf que mon ascension s’arrête à Saint Nizier avant que je ne longe la falaise pour revenir sur Sassenage en passant par la ferme Durand. Et de l’autre côté, je me suis aventuré jusqu’aux hauts d’Ezy en passant notamment par un endroits qu’on appelle les « Batteries ».

 

C’est dans ces deux zones que j’ai eu le plaisir de croiser des panneaux assez marrants et même une étrange curiosité ! Comme quoi, on trouve vraiment de tout dans les massifs qui entourent Grenoble. 

 

Un panneau qui se trouve juste au-dessus du parc Karl Marx à Fontaine.

 

Les ruches de la ferme Froussard.

 

 

Un totem indien qui indique les points cardinaux. Il se trouve, je crois, au niveau de l’ancienne gare du tramway. On tombe dessus en suivant la voie de tramway et il se trouve après la ferme Froussard.

 

 

Quant à ce panneau, il se trouve près de l’endroit qu’on appelle les « Batteries ». Un endroit qui se trouve quelque part entre les « Côtes de Sassenage » et les hauts de Noyarey. Comme quoi, le trail et la randonné peuvent être des disciplines dangereuses.

 

Lorsque j’aurais le temps, je mettrais sur le blog des photos de paysages que j’ai pu prendre au cours de mes courses. Et certains valent vraiment le coup d’œil !


19/04/2013
1 Poster un commentaire

Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser